Häremillen, un domaine installé dans le vieux moulin d’Ehnen

Installé dans les bâtiments du vieux moulin d’Ehnen, le Domaine Häremillen s’est rapidement forgé une excellente réputation. Il fait partie des six vignerons indépendants du beau village de Ehnen.

Le domaine a été fondé en 1988 par la famille Mannes-Kieffer, pour occuper tout d’abord les bâtiments délaissés du vieux moulin d’Ehnen, d’où son nom. Comme l’explique le domaine, il s’agit d’un ancien moulin à eau qui servait à fabriquer la farine pour toute la région:

«Ce nom est originaire de Trêves et serait un dérivatif de ‘Domherrenmühle’ ayant appartenu au Grand Chapitre de Trêves jusqu’à la Révolution Française. C’est assez rare de ne pas donner au domaine le nom de la famille propriétaire. Ici, le but était de valoriser le patrimoine».

Poursuivons avec l’histoire plus récente du domaine. En 1996, une nouvelle cave moderne et fonctionnelle voit le jour à quelques centaines de mètres du moulin. Équipé d’un matériel de vinification moderne, le nouveau bâtiment dispose de cuves en inox dotées d’un système de refroidissement qui permet la fermentation thermo-régulée des moûts et garantit, par la même occasion, une conservation maximale des arômes naturels des différents cépages. C’est une marque du domaine, qui privilégie les vins authentiques, d’un équilibre naturel, qui sont longs à se faire et que l’on peut donc garder longtemps. Il faut dire que la maître de chai Andreas Krebs, est un garant de cette philosophie. Cela ne le prive pas d’utiliser des techniques modernes. Ainsi, certains crus, comme le Pinot Gris 2016 Machtum Göllebour Charta Luxembourg, a été élevé en fûts de chêne. Des vins d’un autre style, plus bourguignon, alors que la minéralité typiquement luxembourgeoise est toujours présente et elle invite à garder les vins de ce genre très longtemps.

La grande cave voûtée de l’ancien site du moulin, avec son sol en roche naturelle, abrite les barriques en bois de chêne utilisées surtout pour le vieillissement du Pinot noir vinifié en rouge. Le bâtiment du moulin proprement dit a subi, quant à lui, d’importants travaux de restauration. Depuis 2005, c’est là qu’on y déguste les vins du domaine. Avec pour seul témoin, l’ancienne mécanique attachée à la roue à eau, dernier vestige d’une activité humaine intense.

Les dégustations s’organisent au moulin, ancienne propriété du Chapitre de Trêves (Trierer Domkapitel , Domherrenmühle), devant l’ancienne mécanique de mouture avec, dans la cour, la cave à barriques, au sol en roche naturelle. Et la roue à eau rénovée en 2005 de façon impressionnante, de même que les larges toitures recouvertes de panneaux photovoltaïques, sont utilisés pour une production d’énergies renouvelables.

On peut aussi visiter à quelques pas de là, la nouvelle cave de production avec son équipement moderne, les cuves en inox thermo-régulées, ainsi que les installations d’élaboration et de conditionnement du fameux crémant du Domaine Häremillen.

Un excellent crémant gastronomique: La Grande Cuvée Brut

La maison produit deux cuvées de crémant: Le Crémant Héritage du Moulin Brut, un assemblage privilégiant le style et les cépages champenois, et le Crémant Häremillen Grande Cuvée Brut que nous mettons en avant dans ce blog.

Composée de six cépages, l’auxerrois, le pinot blanc, le pinot noir, le riesling, le pinot gris et le chardonnay, cette cuvée reflète la grande diversité des cépages et des terroirs. Très aromatique, avec un fruit étincelant et une belle vivacité, ce beau crémant ravira les palais. Très bon en apéritif, mais avec aussi une belle tension et des notes d’agrumes mûrs qui le placeront sur les meilleurs poissons à chair blanche. Le domaine le propose sur un sandre rôti sur lit de choucroute accompagné de son beurre blanc – une très bonne idée.

Le crémant, une success story depuis son lancement en 1991

Le Luxembourg a toujours été une région dédiée à la production de vins effervescents. Au début des années 1900, la production de vin mousseux était un secteur industriel non négligeable – à la Belle Époque, les vins mousseux étaient même produits dans le quartier de la gare de la capitale pour le producteur de champagne français Mercier.

Mais la marche triomphale du vin mousseux – du Crémant de Luxembourg – a commencé bien plus tard, à savoir le 15 novembre 1991, lorsque le nouveau vin mousseux luxembourgeois a été officiellement lancé sur le marché. Onze mois plus tôt, le 4 janvier 1991, la réglementation grand-ducale qui rendait possible la production de Crémant au Luxembourg était entrée en vigueur.

Aujourd’hui, 27 ans après la naissance du crémant luxembourgeois et quatre ans après l’introduction d’une nouvelle AOP Crémant de Luxembourg, la production de ce vin mousseux haut de gamme est devenue non seulement vitale, mais une véritable force de frappe. Le crémant, qui ne peut être produit qu’à partir de raisins récoltés entre Schengen et Wasserbillig et qui doit répondre à un cahier des charges,  reflète le savoir-faire des vignerons.

Aujourd’hui, plus de trois millions de bouteilles de crémant sont produites chaque année, avec une progression toujours constante.