Caves Muller et Fils, Stadtbredimus – Des vins classiques, purs et authentiques

„Dans toute ma carrière de vigneron, je n’ai pas vécu un millésime comme le 2018 », confirme Gérard Muller, le vigneron aussi discret que respecté de Stadtbredimus. Sa propriété familiale, qu’il a gérée avec son épouse au fil des décennies pour s’offrir plus de loisir et de quiétude personnels à partir du millésime 2019, fait partie de ces maisons bien ancrées dans le microcosme viticole luxembourgeois.

Elle compte depuis toujours des clients fidèles qui privilégient les vins de ce style plutôt classique, authentique, non moderniste auquel Gérard Muller s’est toujours adonné.


Ce superbe millésime 2018

Ses vins ont ainsi conservé depuis les années 70 un caractère de vins fruités, directs et purs, sans excès ni défauts. Ainsi, la dégustation du millésime 2018 des Caves Muller et Fils fut un plaisir d’un bout à l’autre : nous n’avons jamais rencontré des vins trop opulents, trop riches ou quelque peu surfaits, mais des crus au bon goût des différents cépages classiques que sont l’auxerrois, le riesling, le pinot blanc ou le pinot gris.

Ce dernier cépage, que le millésime 2018 a sublimé et doté d’une richesse inouïe, est décliné en trois crus chez Gérard Muller : deux cuvées Primerberg et une cuvée issue du Rodenberg, tous de terroirs de Stadtbredimus.

Pinot Gris Stadtbredimus Primerberg 2018, Fût 11

Dans la gamme proposée par Cactus, mettons en relief le Pinot Gris Stadtbredimus Primerberg 2018, du Fût 11 (l’autre Primerberg étant affiché Fût 3). Citons la note de dégustation de ce vin qui vient d’être publiée dans l’application VinsLux, partenaire de ce blog que vous nous proposons avec plaisir :

«Les conditions idéales, voire exceptionnelles qui ont donné naissance au millésime 2018, ont non seulement généré des raisins très riches en sucre et donc en alcool potentiel, mais la maturité sanitaire était parfaite. Point de ‘goût de champignon’ dans les pinots de ce millésime, mais de la maturité parfois extrême. Ce pinot gris, aussi riche soit-il en fruit – on passe de l’abricot à la poire Williams -, a gardé une belle fraîcheur (sept grammes d’acidité par litre) et de la suavité. Il est très riche et très désaltérant – une grande réussite!».

Avec un degré d’alcool de 13 degrés,  un taux de sucre résiduel complètement raisonnable dans le contexte du millésime, et une acidité impressionnante de 7,1 grammes par litre, ce pinot gris allie l’exubérance du millésime et la fraîcheur du terroir. Une jolie bouteille, un vin aromatique, long, suave et dont on reprendra volontiers un deuxième verre.

Découvrez l’expert Claude François et son guide des vins et crémants luxembourgeois sous forme d’une application mobile.